Le Conseil national d’évaluations de la formation professionnelle (CNEFP) publie son rapport d’activité. Depuis 2011, ses travaux d’évaluation sont des contributions essentielles aux réflexions des acteurs des politiques paritaires de formation professionnelle. Compte personnel de formation, entretien professionnel, trajectoire des actifs, conseil en évolution professionnel, le CNEFP apporte des éléments d’approfondissements sur ces dispositifs.

Le nouveau rapport d’activité 2017 présente un ensemble de résultats d’évaluations traitant des questions de sécurisation des parcours professionnels, d’accompagnement des transitions et, plus globalement sur l’avancée de la mise en œuvre des orientations fixées par l’ANI (Accord National Interprofessionnelle) de 2013.

Contribuer aux débats sur la formation

Alors que s’ouvrait une nouvelle séquence de négociation interprofessionnelle, le CNEFP a choisi de contribuer aux débats :

  • en publiant une note d’analyse mettant en évidence l’articulation entre accès à l’entretien professionnel et le recours au Compte personnel de formation (CPF) à partir des résultats de l’enquête DEFIS ;
  • en documentant, dans le rapport 2017, la portée et les limites du déploiement de l’entretien professionnel.

Focus sur les mobilités professionnelles des actifs

A l’été 2016, près de 7 personnes sur 10 (68%) étaient toujours employées de l’entreprise où elles travaillaient en décembre 2013. Mais les femmes, les jeunes, les ouvriers et employés avaient été plus fréquemment confrontées à des situations de chômage, d’inactivité et d’instabilité. Ces catégories avaient eu aussi moins souvent accès à la formation professionnelle, mais, lorsque c’est le cas, la durée de leur formation était nettement plus longue.

Le Compte personnel de formation et l’Entretien professionnel

L’entretien professionnel est le point d’ancrage du Compte personnel de formation (CPF) dans l’entreprise. L’effet de levier de l’Entretien professionnel sur le CPF est mis en évidence : il élargit l’accès à l’information sur la formation et concourt à la formulation de souhaits professionnels par les salariés. L’Entretien professionnel – comme le Conseil en évolution professionnelle en dehors de l’entreprise – semble encourager les salariés à faire valoir leurs droits à la formation professionnelle.

La mise en œuvre du Conseil en évolution professionnelle et les conditions de l’initiative individuelle

Alors que l’Entretien professionnel constitue une obligation faite à l’employeur, le Conseil en évolution professionnelle (CEP) est par la loi un droit pour chaque personne active qui veut faire le point sur ses compétences et, organiser sa mobilité professionnelle.

Le travail réel du conseiller est fréquemment tiraillé entre implication et distanciation, personnalisation de la réponse au besoin et injonction à sa standardisation dans un contexte de niveau élevé du chômage.

La valeur ajoutée du dialogue social de branche dans l’appropriation des réformes

La mise en œuvre des orientations fixées par les réformes est une des fonctions de la régulation collective au niveau de la branche professionnelle. L’analyse statistique des accords sur l’aspect formation, négociés entre mars 2014 et décembre 2017, montre que cette autonomie s’exprime par la création de mécanismes et/ou de financements conventionnels spécifiques permettant notamment de mettre en œuvre les priorités définies au sein des CPNE.


En savoir plus