Même si la France a fortement progressé au niveau des formations mixtes et à distance entre 2015 et 2016, elle reste encore loin du peloton de tête, avec un retard moyen de 10 points sur toutes les modalités d’apprentissage sollicitant le numérique. Face à ce constat, les organisations syndicales et patronales ont souhaité que le FPSPP finance l’adaptation de l’offre de formation au digital, afin d’en améliorer l’accessibilité à un nombre de demandeurs d’emploi plus important.

Le FPSPP, qui avait déjà financé l’aide à la transition aux mutations économiques et numériques des organismes de formation, au travers de l’appel à projet Mutations économiques et technologiques (MUTECO) lancé en 2014, avait tiré plusieurs enseignements. Parmi eux figuraient que les Formations Ouvertes à distance (FOAD) mixtes étaient de plus en plus demandées par les individus, la concurrence sur le marché de la formation était forte. Le besoin d’investissement dans davantage de formations certifiantes, qualifiantes, diplômantes, habilitantes était également ressorti.

C’est pour prendre le virage du numérique, en mettant à jour les techniques pédagogiques des organismes de formation, que l’appel à projet « Formations Digitales » est né. Il repose sur deux priorités : la digitalisation de l’offre de formation ne pouvant excéder 20 % de l’aide totale sollicitée auprès du FPSPP, et la Formation Ouverte à Distance (FOAD) des demandeurs d’emploi de niveau IV et infra.

 

Renouveler l’offre de formation, au bénéfice des apprenants

 

L’objectif de l’appel à projets porte sur l’adaptation des contenus d’apprentissage existants, en les adaptant à de nouvelles pratiques pédagogiques, grâce à l’utilisation d‘outils et supports numériques différents (MOOC, SPOC, vidéos, jeux, tutos, « serious games », etc.). Les organismes de formation se doivent d’innover, afin de s’adapter aux environnements professionnels et de fournir le meilleur service possible à des apprenants dont les caractéristiques et habitus changent sans cesse. Ils utilisent ces techniques pour des formations diverses et adaptables à différents profils qui favorisent l’autonomie des individus dans leur acte d’apprentissage.

 

Les bénéficiaires finaux de cette initiative sont d’abord les demandeurs d’emploi, libres d’organiser leur temps, et qui parallèlement à la recherche d’emploi, peuvent profiter de formations partiellement à distance, quel que soit leur lieu d’habitation ou la localisation de l’organisme de formation.

 

Alors que les formations peuvent paraître contraignantes, la distance géographique entre les organismes de formation et le lieu de résidence des stagiaires fait partie des principales difficultés pour se former. Il s’agit d’une avancée majeure pour les publics de bas niveau de qualification, souvent éloignés de la formation pour diverses raisons. Préparés à l’utilisation des supports numériques lors des temps d’apprentissage en présentiel, ces mêmes publics sont ensuite dans les meilleures conditions pour apprendre à distance.

 

Les acteurs du changement

 

8 OPCA ont d’ores et déjà exprimé un besoin à hauteur de 26,4 M€, dont 6,4 M€ consacrés à la digitalisation des organismes de formation, auxquels les organismes de formation, pleinement acteurs de l’appel à projet, contribuent à hauteur de 20 % (soit 1,2 M€). Sur le 2ème objectif, environs 12.400 POE certifiantes, qualifiantes, habilitantes, ou professionnalisantes, seront dispensées pour un total conventionné de 19,8 M€. Les premières dépenses ont été engagées en juillet 2017 et les premiers résultats du projet seront évalués à la fin du premier semestre 2018.